S’orienter à l’ère des milléniaux

| PAR CHANTAL SHANK

Les milléniaux vivent au quotidien avec la technologie, mais ils ont besoin de rencontres réelles pour construire leur identité. C’est le rôle des professionnels de l’orientation de les accompagner dans leur démarche.

Les étudiants du niveau collégial, dont la majorité est issue de la génération des milléniaux (nés entre 1982 et 2004), naviguent sur les nouvelles technologies depuis leur enfance. On aurait pu penser qu’avec l’omniprésence des technologies, les informations scolaires seraient d’une telle accessibilité et d’une telle clarté que les étudiants auraient moins recours aux services d’orientation professionnelle, mais il en est tout autrement. 

Devant ces multiples sources d’informations scolaires, les étudiants qui consultent d’eux-mêmes les sites Internet ne trouvent pas souvent les réponses claires à leurs questions ou pire, ne repèrent pas les bonnes sources d’informations. De plus, le fait de consulter plusieurs sources d’informations rend les choix plus complexes. Pour le domaine du génie par exemple, on dénombre plus d’une vingtaine de programmes différents. 

Les nouvelles technologies facilitent en partie le travail des professionnels de l’orientation, car elles permettent l’accès rapide et à jour aux informations scolaires. La valeur ajoutée dans l’équation, c’est l’utilisation d’un service professionnel d’orientation pour confirmer les sources d’informations fiables puis surtout, interpréter les informations dans leur contexte (exemple : conditions d’admission variables selon le DEC de provenance). Tel un GPS, les technologies facilitent l’accès aux informations, mais il n’en demeure pas moins qu’une destination doit d’abord être choisie pour établir la route à suivre. 

Enfin, le rôle des conseillers d’orientation ne se réduit pas à expliquer et à interpréter des informations scolaires. Ils agissent d’abord et avant tout comme experts en évaluation du fonctionnement psychologique et des ressources personnelles. Ils aident les étudiants à mieux se connaître, à identifier leurs forces et leurs limites, à faire des liens entre leurs expériences (scolaires, bénévoles ou de travail) dans le but de découvrir des professions pouvant leur convenir. Les professionnels de l’orientation utilisent à l’occasion des tests psychométriques afin d’évaluer plus précisément les traits de personnalité, les valeurs ou les intérêts professionnels. Toutefois, d’autres exercices et moyens sont aussi utilisés et très efficaces pour faciliter le choix professionnel, dont l’utilisation de vidéos en ligne, le cybermentorat (Academos) ou les occasions d’élève d’un jour. 

Qui sont les milléniaux en processus d’orientation?

La plupart des étudiants qui consultent en orientation n’ont pas identifié de choix professionnel clair. Certains hésitent entre quelques choix; d’autres ne savent pas du tout, et certains doivent s’orienter vers un autre domaine en raison de leur cote R insuffisante pour le domaine visé. 

Ce qui distingue cette génération des autres, c’est particulièrement le fait que l’école n’est souvent plus la priorité dans leur vie. En réalité plusieurs occupent un emploi ou consacrent du temps à un sport; certains décident même de prendre une pause d’étude pendant leur parcours collégial pour voyager. Ainsi, il n’est plus rare de voir des étudiants prolonger la durée de leur programme collégial. Certains envisagent aussi d’alléger leur parcours d’études universitaires, notamment pour mieux réussir ou tout simplement pour plus profiter de la vie.

L’anxiété ou le stress de faire un choix est également un motif déclencheur fréquent chez les étudiants qui consultent au service d’orientation. Malgré le fait qu’on puisse voir les milléniaux comme étant des jeunes mobiles et flexibles en emploi et ouverts aux changements, ils sont nombreux à dire qu’ils pensent devoir faire un choix de profession pour le reste de leur vie; comme si la réalité du choix professionnel n’avait pas changé depuis l’ère des baby-boomers.

Au niveau des attentes quant aux conditions de travail, ils sont plus nombreux à s’intéresser à leur bien-être au travail. La conciliation des différentes sphères de leur vie est importante :

Selon Conseil Formation Coaching (Novaconcept), «… les milléniaux recherchent avant tout l’équilibre entre travail, loisir et famille. Contrairement aux générations précédentes qui plaçaient le travail au premier plan, les milléniaux veulent de la flexibilité et de l’autonomie. Horaires flexibles, semaines réduites, travail à distance, banque de congés illimités et évaluation de la qualité du travail plutôt que l’assiduité, ils sont très conscients des avantages qu’offrent les technologies et des transformations du monde du travail. »

Avec la venue de cette génération, nous avons vu également exploser le nombre d’étudiants bénéficiant de services adaptés : au Cégep de Drummondville, nous sommes passés de 20 plans de services à plus de 300 en 10 ans. Dans un souci de bien orienter ces étudiants aux besoins particuliers, nous avons suivi plusieurs perfectionnements et adapté notre mode d’intervention en partenariat avec d’autres professionnels en santé mentale, avec les services adaptés, le CRDI (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle) et parfois même avec les parents.

Quelques statistiques 

Type de formation des étudiants

Au service d’orientation du Cégep de Drummondville, deux conseillères d’orientation, Maryse Fontaine et Chantal Shank, offrent une disponibilité totale de 7 jours aux étudiants des formations ordinaire et continue, soit une population de plus de 2500 étudiants. À l’automne 2018, 211 étudiants ont bénéficié d’un service individuel d’orientation. Bien que la majorité d’entre eux proviennent de la formation préuniversitaire (67%), plusieurs consultent aussi lorsqu’ils sont dans une formation technique (19%). De même, les étudiants de la formation continue consultent aussi plus qu’avant ce service depuis l’existence des AEC en éducation spécialisée et du DEC intensif en soins infirmiers, car ces diplômés envisagent parfois des études universitaires. 

En plus des services individuels d’orientation, les conseillères offrent également des ateliers de groupe spécialisés sur des thèmes tels la cote R, l’admission, les programmes d’études en relation d’aide ou en santé. 

Enfin, le service gère également les événements d’information scolaire, dont les visites d’universités qui ont lieu plusieurs fois pendant l’année.

Les services de consultation en orientation sont encore très recherchés par les étudiants milléniaux. Malgré l’accès facile à de nombreux sites Internet d’information scolaire, il n’en demeure pas moins qu’ils ont aussi besoin de se confier, de parler d’eux-mêmes pour construire leur identité et surtout, d’être accompagnés dans leur démarche de choix professionnel. ■

Références :

« La génération du millénaire ». Conseil Formation Coaching : https://groupecfc.com/generation-du-millenaire/

Guide d’évaluation en orientation (2010). OCCOQ (Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec)

Quel rapport les milléniaux entretiennent-ils avec l’emploi? (Avril 2018) Radio-Canada. 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1095892/milleniaux-emploi-winnipeg-jeunes