L’intégration et le soutien aux ÉÉSH

par JULIE SAVARD | 

La Charte des droits et libertés de la personne, la loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées et la politique d’ensemble À part… égale obligent tous les établissements d’études postsecondaires à accueillir les étudiants handicapés depuis les années 1980. 

Cependant, dans les dix dernières années, en plus des limitations fonctionnelles traditionnelles (handicap physique, visuel, auditif), de nouvelles limitations ont émergé. Elles concernent les étudiants et les étudiantes qui présentent des troubles d’apprentissage, un trouble déficitaire de l’attention, un trouble du spectre de l’autisme et un trouble de santé mentale. 

Des chiffres…

Dans un article du journal Le Devoir du 30 janvier 2016, on peut lire qu’en 2007, il y avait 1 303 étudiants et étudiantes en situation de handicap au Québec par rapport à 11 337 en 2014, soit un bond de 770 % et un taux de croissance annuel de 33,4 % depuis 2010, « sans compter ceux qui n’ont pas de diagnostic ou qui en ont un, mais ne le déclarent pas. » Cela est l’un des constats chiffrés de la Fédération des cégeps dans son mémoire déposé en octobre 2015 dans le cadre de la consultation sur le renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse. 

D’ailleurs, le Cégep de Drummondville a suivi lui aussi cet important accroissement du nombre d’ÉÉSH pour un total de 348 inscriptions à la session d’automne 2015. Le nombre a pratiquement triplé par rapport à l’automne 2011, où nous avions 120 inscriptions. L’explosion des inscriptions proviendrait de l’augmentation des services d’encadrement au primaire et au secondaire. Ceux-ci permettraient de mieux orienter les étudiants et les étudiantes vers l’obtention d’un diagnostic.

Au Québec, les services adaptés existent au sein de chaque collège public et collège privé subventionné. Afin de soutenir le développement de l’autonomie des établissements d’enseignement collégial dans l’accueil, l’organisation et la prestation des services aux ÉÉSH, il existe deux Centres collégiaux de soutien à l’intégration (CCSI) : l’un pour l’Ouest (collège désigné : Cégep du Vieux-Montréal, qui couvre 70 % des étudiants au collégial) et l’autre pour l’Est (collège désigné : Cégep de Sainte-Foy, qui couvre 30 % des étudiants au collégial). Le Cégep de Drummondville fait partie du CCSI de l’Est.

L’organisation

L’équipe des services adaptés accueille et accompagne les ÉÉSH dans leur cheminement scolaire. Elle est disponible pour répondre aux besoins des personnes présentant une déficience physique, sensorielle, neurologique, organique, ainsi que des troubles déficitaires de l’attention, d’apprentissage et de santé mentale.

La mission est de permettre aux ÉÉSH d’être le plus fonctionnel possible, de développer leur sens des responsabilités et leur autonomie. L’équipe est sous la responsabilité du Carrefour du registrariat et du soutien aux études et comprend du personnel professionnel et du personnel de soutien, soit une conseillère en services adaptés et répondante locale, des éducatrices spécialisées, des accompagnatrices physiques, une formatrice en logiciels spécialisés et une secrétaire administrative.

Chaque collège a une conseillère en services adaptés et une répondante locale. Au Cégep de Drummondville, ces deux fonctions sont occupées par la même personne. Le poste de conseillère en services adaptés et répondante locale est attribué à une psychoéducatrice, membre de l’ordre professionnel des psychoéducateurs et des psychoéducatrices du Québec (OPPQ). 

Le rôle de la répondante locale est de coordonner les actions locales en matière de prestation de services adaptés selon l’annexe S024 du MELS. Le rôle de la conseillère en services adaptés, quant à lui, est d’accueillir et de rencontrer l’ÉÉSH, d’analyser le rapport détaillé du médecin ou du spécialiste reconnu selon la loi 21. Par la suite, elle doit élaborer un plan d’intervention en tenant compte des recommandations émises dans le rapport, des besoins, des difficultés de l’ÉÉSH, de la nature du programme d’études et des compétences à atteindre. Les mesures de soutien présentées dans le plan d’intervention sont celles que le ministère de l’Éducation permet lors de l’Épreuve uniforme de français aux étudiants ayant un diagnostic. 

Enfin, la conseillère en services adaptés et répondante locale doit informer et soutenir les enseignants, doit collaborer avec les différents services du collège et également travailler de concert avec d’autres professionnels ou ressources spécialisées à l’externe.

Un accompagnement éducatif

Par ailleurs, en plus des mesures de soutien, les Services adaptés offrent aux ÉÉSH des services d’éducation spécialisée. Cet accompagnement éducatif est volontaire et il est offert principalement aux étudiants ayant des difficultés en ce qui concerne l’organisation ou la gestion du stress et à ceux ayant besoin de stratégies reliées aux études. La technicienne en éducation spécialisée qui est associée à l’ÉÉSH le soutient dans son apprentissage (cours, stage) et travaille en collaboration avec différents intervenants, dont les enseignants, afin de faciliter sa réussite et son intégration scolaire.

Le dossier de l’ÉÉSH est confidentiel. Sans l’accord de l’élève, rien ne peut se dire, s’expliquer ou se nommer. Une collaboration est essentielle, voire primordiale, pour l’identification des besoins de l’ÉÉSH et des impacts de sa situation sur ses apprentissages et pour le choix judicieux des mesures de soutien sans discrimination ni privilèges. 

La collaboration est aussi importante lorsque l’ÉÉSH fait face à des obstacles qu’il n’avait pas prévus ou si sa situation change.  La collaboration de tous les acteurs, en particulier les enseignants et les enseignantes, qui entourent l’ÉÉSH est nécessaire pour favoriser sa réussite. Par contre, la complexité entourant cette collaboration demande une concertation étroite et une bonne connaissance des rôles, des mandats de chacun. Elle nous amène à développer des méthodes parfois innovatrices pour travailler ensemble. 

Ainsi, les échanges entre ces personnes qui entourent l’ÉÉSH et les Services adaptés permettent à celui-ci de développer des stratégies et d’accéder à des outils, de se développer et de s’épanouir personnellement et professionnellement. ■